Session de formation UTIP (validation DPC)

Session UTIP/DPC - Thérapies ciblées en cancérologie et accompagnement officinal - Dimanche 22 octobre 13h45 - 17h45

 Thème d’actualité, les thérapies ciblées en cancérologie concernent les pharmaciens d’officine au premier plan.

 

Les thérapies ciblées sont des médicaments utilisés en cancérologie depuis le début des années 2000, qui viennent compléter l’arsenal thérapeutique en cancérologie. Elles représentent un progrès majeur dans la thérapeutique de nombreux cancers (sein, poumon, sarcome, côlon, mélanome…).

 

- Les TC représentent 24 % des médicaments disposant d’une AMM en tant que traitement spécifique du cancer.

Le nombre d’AMM octroyées à une thérapie ciblée a largement augmenté sur ces dernières années : deux autorisées sur la période 2000-2003 ; 9 sur la période 2004-2007 ; 4 sur 2008-2011 ; 26 sur la période 2012-2015 (entre 2012 et 2015, 60 % des AMM initiales octroyées dans le cancer l’ont été à des thérapies ciblées).

Cette accélération est le reflet d’une augmentation des connaissances sur la biologie du cancer : les thérapies ciblées, à la différence des chimiothérapies conventionnelles, agissent sur les altérations moléculaires ou sur les mécanismes qui sont à l’origine de leur développement ou de leur dissémination.

- Ce sont principalement des thérapies ciblées, par voie orale qui ont été autorisées ces dernières années (inhibiteurs de protéines kinases, IPK). Les professionnels de santé de premier recours dont les pharmaciens d’officine sont donc de plus en plus concernés par l’accompagnement des patients : dispensation, suivi, etc.

- La toxicité des TC ont des particularités qui les différencient des chimiothérapies conventionnelles et que le pharmacien doit d’approprier. D’où le rôle important de la formation continue. Les profils de tolérance de ces molécules récemment mises sur le marché sont différents de ceux observés avec la chimiothérapie conventionnelle. De nouvelles toxicités mal connues jusqu’alors nécessitent une prise en charge et une gestion nouvelle des effets indésirables de ces traitements, impliquant une pluridisciplinarité dans le but de proposer des conseils pour la prévention et la gestion des toxicités induites par les plus fréquentes molécules ciblées actuellement sur le marché.

- Il y a besoin d’une coordination efficace des différents professionnels de santé autour du suivi des patients notamment par le déploiement d’outils de communication (dossier communicant en cancérologie, plateformes d’échanges, autant d’outils qui se développent).

Cliquez ici pour découvrir le déroulé et les intervenants du programme UTIP/DPC